Année 1053 de la troisième ère dite Askaärienne. Le monde est en proie aux anomalies spatio-temporelles et les continents sont en guerre. Incarnez le personnage dont vous rêvez et tentez de devenir le nouveau héros d'Aether, ou bien son destructeur.
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexionCalendrier

 

 La ville de cristal [Quête principale Maël °4]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Messages : 154
Pièces : 2674
Date d'inscription : 24/06/2012

Feuille de personnage
Caractéristiques, classe et niveau ::
Points de Vie:
0/0  (0/0)
XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: La ville de cristal [Quête principale Maël °4]   Mar 25 Fév - 19:24

[C'est très court, mais c'a toi de donner la direction de ce RP]

Le camion, toujours aussi discret, s'arrêta dans un parking. Détonnant quelque peu au milieu des multitudes de voiture de sport futuristes, cela ne semblait cependant pas gêner le moins du monde Jester. Il se contenta de laisser descendre Lisa et Maël, courbaturés après les nombreuses heures qu'avait duré le voyage, et de repartir immédiatement, prétendant avoir une chose à faire. Cela ne semblait aucunement gêner Lisa, qui s'étirait tranquillement en regardant les gratte ciel les entourant. Elle comptait accompagner Maël, et le suivre, puisqu'il voulait visiter la ville. En théorie, rien ne risquait d'arriver. La ville était incroyablement sécurisée, et, si Jester avait confié à Lisa être inquiet pour certaines parties de leur voyage, NY978 n'en faisait certainement pas partie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 35
Pièces : 1840
Date d'inscription : 09/11/2013

Feuille de personnage
Caractéristiques, classe et niveau ::
Points de Vie:
70/70  (70/70)
XP:
0/0  (0/0)
avatar

MessageSujet: Re: La ville de cristal [Quête principale Maël °4]   Sam 8 Mar - 13:03

Je me suis réveillé en sursaut quand Jester a coupé le moteur. Enfin, je crois que je dormais. Je ne me souviens pas même du moment où je me suis laissé happer par le sommeil, j'ai simplement eu l'impression d'être profondément plongé dans mes pensées. J'étais empêtré dans un souvenir qui repasse sans cesse : L'infernal "replay" du pire moment de ma carrière. La même scène repassée en boucle jusqu'à l’écœurement, comme celles de ces bêtisiers télé idiots qui diffusent les mêmes images depuis 20 longues foutues années.

Je m'ébroue et descend du camion, les muscles aussi emmêlés que les idées. Pendant que Lisa et moi nous contorsionnons pour vérifier qu'aucun de nous n'ait laissé quelques os dans la caisse, Jester file en silence, abandonnant sans remords ses deux compagnons de voyage et son ô combien splendide véhicule...
Parfait, j'avais quelques mots à dire à Lisa, je n'aurais pas à trouver une excuse fallacieuse pour me retrouver seul à seul avec elle. Il faudrait tout de même que je trouve un peu plus approprié qu'un parking vide et les abords d'un camion aussi bariolé que le visage d'une ado lors de sa première soirée.

J'étire ma vieille carcasse, repoussant les idées sombres et tente de fixer mon regard au loin, chose qui semble dans cette ville impossible. Partout autour de nous, de gigantesques blocs verticaux de béton et de verre arrêtent nos regards, à tel point que la notion même d’horizon dans un endroit pareil parait comme complètement absurde.
Voitures et passants filent à toute allure tantôt sur les routes, tantôt sur les trottoirs mécanique en laissant derrière eux une trainée de couleur et de lumière. Tout brille, clignote, fonce ou vrombit. La ville entière ressemble à une énorme chaine de montage multicolore qui se serait emballée. Et pourtant, rien ni personne ne se heurte. Pas un choc, pas un coup. Tous s'évitent et se croisent dans une danse folle mais parfaitement maitrisée, formant un gigantesque chaos réglé comme une horloge. Un enfer sur mesure aux démons domestiqués.
Suivant des yeux la courbe orgueilleuse d'un gratte-ciel aux proportions improbables, je suis presque surpris de découvrir à son sommet un morceau de ciel bleu. Bien trop bleu pour être honnête d'ailleurs.

-J'aimerais voir le Dôme de plus près.

Lisa hausse les épaules et acquiesce. Après tant d'heures passées repliée sur la banquette arrière, il y avait peu de chance en effet qu'elle s'oppose à un peu de marche. Contemplant les environs, je cherche des yeux une indication qui nous indiquerait la direction de notre destination : La tour prismatique.

Petite prouesse technologique, la tour abrite nombre des mécanismes nécessaires au fonctionnement du fameux dôme, et bien que la plupart de ses rouages soient en fait souterrain, ceux qui sont en surface ont été dissimulés à l'intérieur d'immenses bâtiments dont l'extérieur est accessible au public, en faisant de véritables attractions touristiques. La tour prismatique est la plus grande et son illumination consomme à elle seule près du tiers de l’énergie produite pour la ville.

Repérant un peu plus loin un panneau à l'entrée d'un immense boulevard, je me mets en route rapidement talonné par Lisa. Ce n'est qu'une fois noyé dans la foule anonyme que je l'interpelle de nouveau.

-Il y a un truc qui me chiffonne Lisa.

Pas de réponse, mais derrière j'entends toujours ses pas claquer derrière les miens. Les passants s'écartent machinalement devant nous, ne prêtant pas la moindre attention à ce qu'il se passe alentour.

-Jester t'a posé une question précise tout à l'heure, à laquelle tu t'es dispensé de répondre. Et à moi tu t'étais bien gardée de révéler que ton gars avait fait des conneries pareilles. Je ne te demanderai pas qui il est exactement -je ne comprendrais surement pas la réponse- je voudrais juste savoir pourquoi tu n'as pas révélé ce que tu sais à l'arlequin. Je commence à douter que tu sois bien du même côté que lui...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Messages : 154
Pièces : 2674
Date d'inscription : 24/06/2012

Feuille de personnage
Caractéristiques, classe et niveau ::
Points de Vie:
0/0  (0/0)
XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: La ville de cristal [Quête principale Maël °4]   Jeu 13 Mar - 19:06

"Es tu fils unique, Maël ?"

C'est sur ces paroles, prononcées d'un ton guilleret, mais annonçant bien des développements pénibles pour la jeune femme, que Lisa se mit en marche, suivie de près par l'ex-policier. Elle connaissait bien la ville, et savait parfaitement par où aller pour rejoindre l'Outreciel, mais sa démarche semblait pourtant hésitante, alors qu'elle s'engageait dans les rues éblouissantes de la ville de cristal. Elle détonnait particulièrement ici, tant cet endroit semblait artificiel et lumineux. La jeune femme semblait se complaire dans la pénombre de la forêt, et alors qu'elle vagabondait entre les immeubles, elle ne put empêcher une certaine peur de se glisser au fond de son âme, sans savoir si elle était due au fait d'être au milieu d'une rue, et ainsi exposée à n'importe quelle attaque, ou au simple fait qu'elle doive se justifier d'avoir menti à Jester.

"Sais tu comment j'ai rencontré Jester ? Moi non plus. J'étais trop petite pour m'en souvenir. Il était simplement là, pour mon premier souvenir... Alors qu'on passait a coté d'une cascade, il m'a demandé de venir. Je venais d'apprendre à marcher, alors je l'ai rejoint aussi vite que je pouvais, et je me suis jeté dans ses bras. Il m'a expliqué d'où venait l'eau, où elle allait, il a utilisé des mots magnifiques que je n'avais jamais entendu jusque là... Il m'a parlé des peuples qui considéraient ces cascades comme des temples de la nature, qui y restaient des heures durant, agenouillés, a contempler, béats, les arcs en ciel se dessinant dans ce torrent... C'est mon premier souvenir. Ce n'est qu'après que je me souviens de ma mère, de mon père... Les mots de Jester n'ont jamais quitté mon esprit, et dès que j'en vois une, je ne peux m'empêcher de penser à lui...

Bien sur, la majorité du temps, ce n'était pas ainsi, et il faisait semblant de me détester, tout comme il faisait semblant de détester mon père... Ma mère était la seule qui parvenait à le faire sourire, apparemment... Mais, parfois, en sortant d'une ville, je retrouvais, dans mon paquetage, des paquets de bonbon jaune et vert. Et, vu leurs revenus, ni ma mère, ni mon père n'avaient d'argent à gaspiller dans des sucreries... Ils étaient devenus marchands pour voyager, et vendaient pour survivre, mais cela ne comptait pas pour eux. Et, à l'abri des brigands grâce à Jester, ils étaient simplement heureux...

T'a t'il raconté... t'a t'il raconté pourquoi il a quitté la caravane ? Je me suis fait kidnapper, un jour, et il est venu me sauver... Je m'en souviens parfaitement. J'ai beaucoup pleuré, mais en même temps... je ne l'ai pas lâché de tout le voyage du retour jusqu'à la caravane. Il m'avait sauvé... Je ne comprenais même pas de quoi, mais je savais juste que sans lui, je n'aurais plus jamais pu voir d'arc en ciel dans une cascade... Mon père était furieux. Il a frappé plusieurs fois Jester sans que celui ci ne réagisse, il lui a ordonné de quitter la caravane, mais il a refusé. Il voulait rester, et mon père lui a dit qu'il ne le paierait plus, ne le nourrirait plus, ne l'abriterait plus dans la caravane. Et Jester a simplement accepté. Il dormait seul, dehors, chassait pour se nourrir, et courrait derrière la caravane. Jusqu'à ce que ma mère obtienne de mon père qu'il remonte. Mais, deux ans plus tard, mon père a eu une crise de rage, et il a frappé ma mère, après avoir battu Jester, parce qu'elle tentait de s'interposer. Alors, j'ai ressenti un courant d'air, et je me suis évanouie.

Je n'ai jamais considéré Jester comme autre chose qu'un membre de ma famille... Même quand il a tué mon père, je ne pouvais le voir autrement... Je n'ai jamais compris réellement ce qu'il s'était passé ce soir là, et ma mère m'empêchait de regarder, mais... Je sais que Jester ne l'a pas fait souffrir. Il l'a tué le plus vite qu'il pouvait, et... pour nous protéger, maman et moi... Quand il est parti, j'étais très triste, et j'ai essayé de le suivre, mais j'avais peur de partir seule... Alors j'ai attendu.
"

Retenant un sanglot, la jeune femme s'arrêta quelques instants, puis reprit sa marche.

"Sey est différent... Il n'a jamais fait semblant de me détester, ni n'a essayé de me protéger... Mon rapport affectif à lui est sans doute bien moindre, mais... C'est l'homme le plus formidable qui existe... Je sais qu'il rendra ce monde meilleur, tot ou tard. Pour moi, pour toi, pour tous... Je ne sais pas ce qu'il a fait pour mettre Jester dans cet état, mais je sais qu'il l'a fait pour le Bien commun. Parce que Sey ne pourrait pas faire autrement... Ils combattent pour la même cause, je le sais ! On combat pour la même cause ! Mais... Je dois lui parler... Je te promets de tout dire à Jester un jour, mais pas maintenant. S'il te plait."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 35
Pièces : 1840
Date d'inscription : 09/11/2013

Feuille de personnage
Caractéristiques, classe et niveau ::
Points de Vie:
70/70  (70/70)
XP:
0/0  (0/0)
avatar

MessageSujet: Re: La ville de cristal [Quête principale Maël °4]   Ven 9 Mai - 5:40

La réponse de Lisa me laisse sans voix. Décidément, je vais de surprise en surprise. Après avoir passés plusieurs heures à partager un siège inconfortable et à être bringuebalés dans la même carriole multicolore, je découvre seulement que cette sympathique demoiselle au visage si avenant et à la voix si douce appartient à cette partie de l'humanité qui m'effraie le plus : Les fanatiques.
Que ce soit dans les groupements politiques, la religion, les concerts, les fanatiques me dégoutent. Lorsque l'adoration abolie la raison, on ne peut que craindre des dérives.
Loin de me rassurer sa réponse. Pire encore, elle m'inquiète. Et puis quelque part son discours me dérange. Je ne parviens pas à imaginer qu'un jour Jester ait eu un comportement si... Humain. Jester courant derrière une caravane, subissant des coups sans mot dire, crevant la dalle pour ne pas quitter les basques une gamine... Ce même type que j'ai vu briser les épaules d'un gus et éclater dans la seconde suivante le nez d'un autre. Qui a maté en quelques instants seulement une créature telle qu'Amber... Non, décidément sa version ne me convient pas, ça ne colle pas. Comme une division par zéro. La gravité à l'envers. "Un bug dans la matrice", comme dirait l'autre.
Le fou dangereux et le placide garde du corps, les deux façades d'une même pièce ? Inconcevable.

Tout aussi inconcevable que le fait d'avoir pu me laisser guider par Lisa dans cet ascenseur de verre sans même m'en rendre compte. A quel moment suis-je devenu aussi con ? A se demander si un morceau de ma cervelle n'a pas giclé en même temps que celle de Tayem.
Pincement au cœur et respiration courte. Rappel de ma conscience :Trop tôt. Bien trop tôt pour ce genre de blague.

Tandis que sous nos pieds les passants se font chaque seconde plus petits, la cabine de verre s'élance plus vite encore à l'assaut du monstre métallique dans un silence presque déconcertant. Moi qui m'attendait au vu des énormes rouages visibles grâce au sol translucide à un fracas de tous les diables, je suis presque déçu... Il n'y a pas à dire, c'est beau le futur. Un coup d'oeil latéral et je remarque pas moins d'une vingtaine de cabines semblables à la notre lancées vers le ciel. Toutes aussi silencieuses les unes que les autres. Après le brouhaha infernal des trottoirs, le silence de ces petites merveilles n'en est que plus appréciable.

-Oui je suis fils unique, je te l'ai déjà dit. Ne me fait pas radoter avant l'heure, je commencerai bien assez tôt. D'ailleurs, j'avais pensé à me faire tatouer juste avant de devenir sénile, d'ici deux ou trois ans. Un truc cool et cynique, mais j'hésite encore entre "débranchez-moi" ou "wait for respawn". Au moins, ça ferait rire les types de la morgue. Ces types ont un boulot si déprimant, il faut bien leur chatouiller un peu les zigomatyques de temps en temps où ils finiront par oublier à quoi ça sert. Ou alors, je me fais tatouer un gag en quatre cases sur les cotes, en couleur et tout. Et je lance un concept pour lutter contre la dépression chez les thanatopracteurs : Le macchabée-D.

Oui je sais... Croyez bien que j'en ai conscience, et que je m'en filerai des taloches à m'en décoller les dents mais lorsque je suis nerveux c'est plus fort que moi. Finalement, mes ex ne me quittaient peut-être pas à qu'à cause du boulot...
- Je ne dirais rien à Jester... Mais ne fait pas durer la situation, je n'aime pas ça. Si je vois que ça tarde, je lui toucherai deux mots moi même. Même si j'en ai vraiment, mais alors vraiment pas envie parce que toutes ces histoires me dépassent complètement et que j'ai horreur de passer pour un imbécile à parler d'un truc auquel je ne capte pas grand chose. Mais j'imagine que ça ne fait que commencer, pas vrai ?

L'ascenseur fini par ralentir, puis par s'immobiliser complètement. Bien trop vite et bien trop complètement d'ailleurs. Au beau milieu de nul part, entre deux étages. L'arrêt brutal me fait trébucher et me projette violemment contre les vitres de notre cage de verre, laissant sur cette dernière en plus de l'empreinte de mes doigts celle de mon nez, de mon front et de ma joue droite.

"-Qu'est ce que...?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Messages : 154
Pièces : 2674
Date d'inscription : 24/06/2012

Feuille de personnage
Caractéristiques, classe et niveau ::
Points de Vie:
0/0  (0/0)
XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: La ville de cristal [Quête principale Maël °4]   Ven 9 Mai - 11:27

[Mouarf, exactement ce que je voulais qu'il se passe =D]

En un instant, alors que jusque là, Lisa arborait un sourire tranquille à la réponse de Sey, s'étant même permis un sourire franc à l'évocation du machabée-D, elle sembla se ramasser sur elle même pour abaisser son centre de gravité, de sorte que le choc ne l'atteint qu'à peine. Se retournant instantanément pour observer la hauteur, elle plissa les yeux en serrant les dents. A peu près cent mètres plus haut, un cristal orange vif, aux extrémités bien plus acérées que n'importe quel autre cristal qu'elle ait jamais vu, et surtout, au milieu de cette fleur étrange, un pic sur lequel un homme vêtu de noir se tenait. D'ici, impossible de l'identifier, mais il semblait réellement dangereux... D'autant plus lorsque son cristal sembla passer de l'orange au rouge, et que les pétales de la fleur se développèrent à une vitesse folle, se ramifiant en dizaines de pics de cristal convergeant tous en direction de la cabine. Sans rien dire, Lisa se retourna de nouveau pour faire face à Maël, lui attrapa le bras, et l'attira vers elle.

"Les autres cabines ne sont pas arrêtées, cet homme nous en veut personnellement. Ne bouge pas, Maël !"

Regardant autour d'elle à toute allure, Lisa chercha une issue. Dans cette ville où aucune erreur n'était possible, aucune mesure de sécurité n'avait été prise. Ce building de verre ne comportait aucun échappatoire en cas d'accident.... Les vitres étaient blindées pour empêcher que quelqu'un ne tombe, et même si elle ne l'était pas, aucune structure ne permettait de descendre de là en sécurité... Un instant... Toutes les vitres étaient blindées ? Pourquoi ?

Prise d'un instinct soudain, Lisa se retourna vers le miroir sans tain servant de séparateur entre le mur du building et l'ascenceur, et décrocha un petit pistolet de sa ceinture, avant de viser très sommairement et de tirer. Dans une explosion de verre, le miroir et la vitre derrière se brisèrent, et Lisa jeta Mael à l'extérieur de l'ascenceur, dans les bureaux occupant cette partie de l'immeuble, à la grande stupéfaction des bureaucrates y travaillant. A cet instant exact, les cristaux percutèrent la cabine d'ascenceur, la décrochant du flanc du batiment, et Mael eut tout juste le temps de voir une forme bleue partir à sa poursuite avant que la silhouette de l'homme en noir ne vienne boucher la vue du policier, debout sur un des bras de cristal qu'il semblait commander.

Son costume noir parfaitement taillé recouvre une chemise noire dont le col est noué par une cravate vert sombre, mettant en valeur ses magnifiques yeux de la même teinte. Ses traits sont doux, mais dissimulés par une barbe drue, aussi noire que ses cheveux coupés court. Il porte, à la bouche, de sa main droite, une cigarette fine, en inspire une bouffée doucement, comme si tout était parfaitement normal, et sourit doucement. Il passerait sans problème pour un acteur de renom, si son annulaire droit n'était pas remplacé par un cristal vert semblant articulé.

"Allez, Mael... Prouve nous encore ton incompétence, Roitelet... Cours."

***

Enfermée dans la cage d'ascenceur, Lisa attendait seulement l'impact, abaissant son centre de gravité au maximum... Le choc, centre de gravité bas ou non, aurait sans doute tué un humain normal, mais avec sa préparation physique... Elle avait une chance... C'est du moins l'idée à laquelle elle s'accrochait.

Lorsque la cabine percuta le sol, elle sentit son fémur droit se disloquer, et poussa un hurlement de douleur, tandis que sa vision perdait progressivement ses couleurs. Elle sentait sa conscience s'évanouir, mais une douleur beaucoup plus vive, moins éparse, la retint.

De gigantesques serres de cristal enserraient son bras gauche. La créature à laquelle il appartenait semblait un immense hybride d'homme et d'oiseau, entièrement bleu, et il battit une seule fois des ailes pour la faire sortir de la cabine avant de la lacher au dessus du sol. L'oiseau alla se poser de nouveau à quelques mètres de là, regardant attentivement sa proie. La foule avait depuis longtemps abandonné le lieu, et on entendait au loin les sirènes d'une quelconque force de l'ordre se déclenchant, mais cela n'empêcha pas l'homme oiseau de se poser doucement, sur ses deux pattes arrières. Il possédait des jambes bien trop longues pour être humaines, mais dans sa physionomie, seuls son visage, ses bras et ses ailes montraient clairement son inhumanité. Ses bras étaient couverts de sorte d'écailles de cristal, alors que le reste de sa peau, bien que d'une texture visiblement cristallisée, ne portait pas d'écaille. Il était nu, et ne semblait pas posséder d'organes génitaux, mais son visage l'identifiait clairement comme un homme. Des traits durs, un bec aquilin, des yeux bleu clair et de très longs cristaux fluides coulant dans son dos en guise de cheveux, il semblait déjà infiniment dangereux, sans même prendre en considération les serres qui lui servaient de main, et les deux ailes battant encore dans son dos.

Après un cri, empruntant autant aux aigles qu'à une tribu humaine barbare, l'homme oiseau se jeta en avant, sans même daigner fournir d'explications à Lisa.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: La ville de cristal [Quête principale Maël °4]   

Revenir en haut Aller en bas
 

La ville de cristal [Quête principale Maël °4]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le plan du Centre-ville de PAP devrait être confié à des Haitiens
» Haiti : Cazal une ville , une histoire
» Pétion –Ville ; mairesse Ludie Parent ap danse kompas !
» Les bandits dictent leur loi, au centre ville les autorités abdiquent
» Catastrophe naturelle en perspective a Petion-Ville

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imaginary Rebirth :: NY978 (XXVIIIeme) :: Solo :: NY978 (Outreciel) -