Année 1053 de la troisième ère dite Askaärienne. Le monde est en proie aux anomalies spatio-temporelles et les continents sont en guerre. Incarnez le personnage dont vous rêvez et tentez de devenir le nouveau héros d'Aether, ou bien son destructeur.
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexionCalendrier

 

 Le début du Pélerinage [Maël Quête Principale °3]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Messages : 154
Pièces : 2674
Date d'inscription : 24/06/2012

Feuille de personnage
Caractéristiques, classe et niveau ::
Points de Vie:
0/0  (0/0)
XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Le début du Pélerinage [Maël Quête Principale °3]   Lun 20 Jan - 18:01

Jester, ayant repris une apparence plus conventionnelle, arborait, tout en marchant au milieu de la rue déserte, une touffe de cheveux hirsutes qui ne semblaient pas avoir été peignés depuis des années, et un sweat a capuche jaune fluo. Ses yeux marrons, le casque, d'une marque bien connue pour sa popularité auprès d'une sous-couche adolescente et son son incroyable, qu'il portait au dessus de la capuche dudit sweat, et le fait qu'il gesticule comme un damné achevant de convaincre l'illusion qu'il n'était qu'un jeune comme un autre de la banlieue d'Eden, il servait d'éclaireur pendant que, derrière, Maël, emblème bien en vue, Lisa et Isabelle avançaient tranquillement sur le trottoir. Bien sur, il n'était pas sur qu'ils courent un quelconque danger. Les Cristallisés n'oseraient jamais sortir en pleine lumière, et, de ce qu'en savait Jester, personne d'autre ne pouvait en vouloir à Isabelle, mais beaucoup de précautions valaient mieux, pour une gamine de 16 ans, qu'un peu de danger.

Enfin arrivé à destination, l'Arlequin, chantonnant, a mi voix et avec un nombre de fausses notes parfaitement réaliste, considérant ce qu'il souhaitait imité, le refrain d'une chanson qu'il avait entendu il y'a quelques jours, alors qu'il se reposait, accroché à un lampadaire, lorsqu'une bande de jeunes était passé sous sa tête de chauve souris en portant à leur bouche ce qui était assez peu probablement des cigarettes en chocolat, mais... Bah... Telle était la liberté des Humains, après tout. Chantonnant, donc, Jester s'adossa au portail d'une petite maison bourgeoise ne payant pas spécialement de mine. Lorsque ses compagnons le rattrapèrent, il ouvrit le portail d'un geste excessif, avant de s'incliner, en une parodie digne de n'importe quel popeux se respectant, et entra a leur suite dans le jardin, sans cesser de chantonner.

Il sonna a la porte, puis, comme si de rien n'était, il disparut, laissant Maël s'occuper de la famille. Des paroles d'au revoir résonnèrent pourtant aux oreilles d'Isabelle, qui hocha doucement la tête en souriant. Et la porte s'ouvrit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 35
Pièces : 1840
Date d'inscription : 09/11/2013

Feuille de personnage
Caractéristiques, classe et niveau ::
Points de Vie:
70/70  (70/70)
XP:
0/0  (0/0)
avatar

MessageSujet: Re: Le début du Pélerinage [Maël Quête Principale °3]   Mar 21 Jan - 17:52

-Bon sang Gamin si tu ne t'arrêtes pas tout de suite de chanter, je te jure que je te colle en cellule de dégrisement et te fait bouffer ton casque ridicule !

Il se fout bien de mes menaces, j'ai à peine le temps d'ajuster mon col que Jester sonne déjà à la porte avant de disparaitre -enfin !- silencieusement. Un dernier coup d'oeil à la rue m'assure de l'absence de journalistes. Les vautours ont déjà dû trouver une carcasse plus fraiche, un employé municipale et ses fréquentes escales nocturnes ou bien un humoriste local un peu trop turbulent... Tant mieux. Pas de collègue non plus. Parfait.

La porte s'ouvre alors sur une femme au teint cireux et aux longs cheveux noirs. Elle n'a visiblement pas dormi depuis plusieurs jours... Elle marmonne un vague "oui ?" d'une voix éteinte puis reconnaissant mon uniforme, son expression se fige d'effroi. En quelques secondes seulement, dans ses yeux se dessine successivement l'horreur absolue, puis une lueur d'espoir irraisonnée. Je n'ai pas le temps de dire quoi que ce soit que soudainement, son regard s'éclaire et ses joues retrouvent immédiatement leur couleur d'origine. Isabelle s'est précipitée dans les bras de sa mère.

Effusion de larmes, cris de joie, embrassades. Bientôt, le père se joint lui aussi aux festivités tandis que Lisa et moi restons sur le palier, contemplant la scène d'un œil amusé et, je dois bien l'avouer, quelque peu ému pour ma part...

-Où... Comment... Comment est-ce que vous l'avez retrouvé ? Que s'est-il passé ?

-Apparemment Isabelle a eu une grosse poussée de fièvre et a fait un malaise en forêt. Le promeneur qui l'a trouvé a eu la bonté de l'emmener à l’hôpital. Elle n'a repris connaissance que dans la nuit et les infirmiers nous a contacté ce matin. On vous l'a ramené dès les examens terminés, le plus vite possible. Elle devrait aller beaucoup mieux désormais.

Trop occupé à étouffer sa fille dans ses bras, la femme aux cheveux ébène acquiesce silencieusement. Cette histoire est tellement bancale... Heureusement qu'elle et son époux sont bien trop heureux pour songer à relever toutes ses contradictions.

Tandis que je fais volte-face et m'apprête à partir, je m'adresse une dernière fois à Isabelle :
"-N'hésite pas à faire appel à nous ma grande en cas de souci, tu sais où nous trouver désormais. Et s'il te plait, ne va plus te promener toute seule le soir... Ménage un peu tes parents. Et la brigade ! "
"Attendez, vous et votre collègue ne restez pas ? "

Le papa reconnaissant... Et merde.
"Ce serait avec plaisir, mais... Le rapport, la conférence de Presse... Nous avons encore une grosse journée qui nous attend."
Il hoche la tête d'un air entendu et après quelques innombrables remerciements émus, referme la porte derrière nous avant de nous souhaiter un "bonne continuation" d'une voix tonitruante. Ces types vous font aimer votre boulot, vraiment.

Il ne me reste plus qu'une dernière chose à faire. Je compose le numéro du poste avant de coller ce qu'il reste de mon téléphone à mon oreille. Au bout de deux sonneries seulement, le standard décroche.
-Central ? Isabelle Janvier est de retour à la maison.
Un moment d'hésitation. J'imagine le Grand à l'autre bout du combiné avec sa tête d'ahuri, les yeux plissés derrières ses éternelles lunettes cerclées, tentant de comprendre pourquoi rien n'avait été signalé.
-Denwall ? Qu'est ce que tu...

Rien. La fin de sa phrase restera un mystère, la faute à une batterie malencontreusement et soudainement disloquée. Reléguant la carcasse de mon portable au fond de ma poche, je me tourne vers Lisa. Pour la première fois depuis longtemps, je me sens libre. Vraiment libre.
"Bien, que faisons-nous à présent ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Messages : 154
Pièces : 2674
Date d'inscription : 24/06/2012

Feuille de personnage
Caractéristiques, classe et niveau ::
Points de Vie:
0/0  (0/0)
XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Le début du Pélerinage [Maël Quête Principale °3]   Mar 21 Jan - 19:30

Jester, ayant cette fois opté pour une apparence que Maël semblait plus à même d'apprécier, vint se placer aux cotés du policier, qui sembla même surpris avant de reconnaitre Jester. Il avait légèrement grandi, et portait un costume gris délavé, qui avait connu bien des jours -des années ?- meilleurs, au dessus d'une chemise blanche jaunie par l'humidité d'un logement insalubre, le tout surmonté d'un trench coat maculé de taches, et ses cheveux, qu'il tentait vainement de plaquer en arrière malgré quelques mèches qui rebiquaient, d'une teinte poivre et sel mêlée de pellicules, étaient trop gras pour battre au vent. Une cigarette d'une marque de mauvaise qualité au bec, de grandes oreilles portant des lunettes trop petites, un insigne de police mollement accroché à sa veste et un pistolet identique à Maël mal dissimulé sous son costume achevaient de convaincre la première impression :

Un flic. Qui s'exprimait, pourtant, avec la voix étrangement vibrante de chaleur et trop basse pour être entendue par un observateur extérieur, de Jester.

"Laisse toi porter par le vent. Tu es de nouveau libre, contrairement à tous ces pauvres hères. Alors tout ce que tu as à faire, c'est regarder autour de toi, et, si tu souhaites aller voir quelqu'un, c'est le moment ou jamais..."

"C'est vrai, ça... N'as tu pas de famille, Maël ?"

De loin, le groupe ressemblait simplement à quelques personnes parfaitement normales marchant ensemble. Bien peu se doutaient que se cachait là le potentiel nécessaire à recréer le Monde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 35
Pièces : 1840
Date d'inscription : 09/11/2013

Feuille de personnage
Caractéristiques, classe et niveau ::
Points de Vie:
70/70  (70/70)
XP:
0/0  (0/0)
avatar

MessageSujet: Re: Le début du Pélerinage [Maël Quête Principale °3]   Mer 22 Jan - 19:19

-De la famille ?
Aie, la question piège... Celle qui fait toujours grincer des dents lorsque j'y réponds. En effet, il est plus politiquement correct d'admettre que l'on aime passionnément sa famille, ou encore que l'on a définitivement coupé les liens avec cette dernière -avec un ou deux récits dramatiques pour pimenter un peu l'histoire- plutôt que d'avouer le genre de liens que j'entretiens avec la mienne.
-Et bien... Disons que la Gens est là mais pas la Domus.

Regards intrigués. Ils ne se contenteront pas seulement d'une simple phrase évasive. Bon, tachons de faire concis, d'éviter le drama.
-En fait, biologiquement j'ai encore de la famille effectivement. Mais pas ici, j'ai été muté à Eden il y a peu. Celle qu'il me reste habite loin. Je n'ai pas d'enfant et je suis fils unique. Et mes parents ont élevé un gamin un peu comme on dresse un poney, alors...
Mon père était militaire et ma mère magistrat. Ce qui peut facilement vous laisser imaginer le type d'éducation que j'ai reçu. Une belle étable, du foin a volonté mais des barrières partout. Et dès que j'ai conquis mon indépendance, disons... Qu'ils ont estimé leur mission accomplie. Le dressage était terminé, donc il m'ont laissé gambader à ma guise sans plus jamais se soucier de mon devenir. Nous n'avons par la suite jugé utile de garder des contacts fréquents.
Oh, nous nous voyons encore de temps à autre, occasionnellement. Lors des fêtes par exemple, ou pour certains anniversaires. Il faut bien sauver la face devant le reste de leurs proches, mais nous ne partageons plus grand chose d'autres que des liens de sang.

L'odeur de la clope de Jester me parvient aux narines et réveille une bien vieille sensation : Celle du manque. Même des années après avoir laissé cette merde, l'envie est toujours là. Identique. Quand bien même le rouleau de boue que l'arlequin crapote pue d'avantage le purin que le tabac...

-En fait, vous voulez savoir ce qui est le plus drôle ? Ma mère a écrit deux bouquins sur les droits fondamentaux de l'enfant, et encore un autre sur les devoirs des parents. Des références en la matière ! Sauf qu'en pratique, elle n'était pas foutue de suivre le quart ce qu'elle édictait. Les gamins des autres l'ont toujours d'avantage fasciné que le sien.


Tu deviens amer Maël. Ferme-la un peu, c'est une belle journée.
-Bref, je n'ai personne à visiter. Nous partons quand vous voulez !
J'enverrais peut-être tout de même un petit quelque chose à Régina si j’y songe... Au cas où.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Messages : 154
Pièces : 2674
Date d'inscription : 24/06/2012

Feuille de personnage
Caractéristiques, classe et niveau ::
Points de Vie:
0/0  (0/0)
XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Le début du Pélerinage [Maël Quête Principale °3]   Sam 25 Jan - 7:40

Intéressant... Un Roi Humain sans Famille. Donc leur groupe était constitué d'un Arlequin qui n'avait simplement pas de pair, d'une humaine dont les parents étaient morts alors qu'elle était gamine, l'un après l'autre, puis qui avait été élevée par un surhomme clochard agé de quelques années de plus, et d'un flic mal aimé. Un groupe fabuleux. Mais, de ce groupe, la situation la plus normale, et paradoxalement la plus intrigante était sans doute celle de Maël. Il n'avait pas été aimé par ses parents, et pourtant, il refusait sans doute encore plus que sa mère l'idée d'avoir un enfant. En somme, il reprenait le flambeau de sa mère alors même qu'il avait toutes les raisons du monde de vouloir rendre heureux ses propres gosses. C'était la seule explication que Jester pouvait trouver. Bien sur, Maël n'avait pas raté sa vocation de top model, il n'était qu'un homme banal, blasé et l'air quelque peu fiévreux, mais... Il dégageait tout de même un certain charisme.

Quel age avait il ? Quarante ans, peut être un peu moins ou un peu plus. A cet age là, qu'il n'ait jamais eu de relation sérieuse avec une femme, même une névrosée se prenant pour une sainte et voulant "sauver un pauvre hère en détresse", était plus que surprenant. Plus probablement, Maël rejetait ces mêmes personnes, simplement parce qu'il avait peur de commettre les mêmes erreurs que sa mère. C'était la seule explication. Sans cela... Il aurait pu être un homme blasé de tout qui ne voulait pas sortir de sa routine, mais pour ça, il y'avait sans doute mieux à faire que de rejoindre Jester dans une quête insensée, il aurait pu détester les enfants, mais cette seule théorie était aussi stupide qu’irrationnelle, considérant l'attachement que Maël leur montrait sans cesse...

Alors quoi ? Maël n'était qu'un sociopathe ? Un Poney comme Roi des Humains, c'était tout de même quelque peu ironique. Ravalant quelques répliques qu'il préférait garder pour plus tard, au cas où, Jester regarda autour de lui.

"Dis moi, Maël, tu n'es jamais vraiment sorti de la ville, n'est ce pas ? Dans ce cas, c'est ici qu'habitent tes parents ? Et tu n'as jamais rêvé de partir ? Si oui, quel est le lieu qui t'a toujours le plus attiré, en ce monde ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 35
Pièces : 1840
Date d'inscription : 09/11/2013

Feuille de personnage
Caractéristiques, classe et niveau ::
Points de Vie:
70/70  (70/70)
XP:
0/0  (0/0)
avatar

MessageSujet: Re: Le début du Pélerinage [Maël Quête Principale °3]   Dim 26 Jan - 3:22

-Affirmatif, ils n'habitent pas à Eden mais dans un petit patelin plus au sud dont je vous épargnerais le nom imprononçable. Et il est vrai que je n'ai jamais vraiment pris le temps de voyager... Mais il y a bien un, non, quelques lieux qui m'ont toujours fascinés. Sauf qu'ils sont quasiment inaccessibles.

Je songe à l'immensité désertique de la toundra du continent hivernal qui me sert d'écran de veille. Mais si je quitte une ville aux quartiers trop silencieux et à la vie trop monotone, ce n'est pas un voyage dans une terre au paysage si tranquille qui comblera ma soif de sensations. Pourquoi ne pas plutôt faire à l'inverse dans la démesure ? Après tout depuis toujours, je n'ai jamais vu une mégalopole autrement qu'en photo.

-Il y a NY978... Ouais, si j'avais pu m'offrir le voyage, c'est surement là bas que j'aurais aimé partir. Mais tu n'as tout de même pas l'intention de nous y emmener ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Messages : 154
Pièces : 2674
Date d'inscription : 24/06/2012

Feuille de personnage
Caractéristiques, classe et niveau ::
Points de Vie:
0/0  (0/0)
XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Le début du Pélerinage [Maël Quête Principale °3]   Mer 29 Jan - 15:57

"Je suis le genre d'être à faire des choses irraisonnables, selon toi ? Tant de mépris envers moi me vexerait presque ! Dit Jester sur un ton amusé, souriant de toutes ses dents pointues, la seule partie de son être qui ne semblait pas varier malgré ses nombreuses formes. Évidemment que si, je vais t'y emmener, mais comme les Fils de Tobias n'ont aucun fond propre qui n'est pas dépensé dans l'armement et le R&D, on va devoir trouver un moyen de gagner de l'argent par nous mêmes. La meilleure chose à faire est sans doute de s'engager comme mercenaires dans une caravane commerçante. Le problème étant qu'Eden n'est pas le genre d'endroits d'où partent beaucoup de caravanes remplies de marchands vendant divers produits pittoresques, comme des vases en terre cuite ou des livres. Foutu modernisme.

Du coup, mon cher Maël, il va falloir trouver un autre moyen d'avancer. J'aimerais bien te dire qu'on va y aller a pied en se nourrissant de baies, de chasse et de racines, mais c'est beaucoup trop loin pour gâcher autant de temps. N'oublie pas que, même si Sylf n'a exprimé aucune condition temporelle, tu vieillis, et on ne peut pas se permettre que tu aies soixante ans pour l'affronter. Tes os sont encore solides, tes bras fermes et ta volonté affirmée, alors autant en profiter avant que tu ne t'émousses.

L'idéal serait de se procurer un véhicule, mais le vol, je me dis que ça ne doit pas trop être ton truc, a moins que... tu n'aies une raison de voler et que l'autre personne soit un criminel de toutes façons destiné à être foutu en taule ? Nathanaël Tayem, un dealer ayant réussi à s'arroger une bonne partie d'Eden et protégé par un gang de junkies rackettant des gosses, est dans son temps libre routier. Je ne te dis pas de faire copain-copain avec lui, au contraire. On va affronter le Gang, par une suite d'opérations, puis on livrera Tayem aux flics avec suffisamment de preuves sur lui pour que même des juristes corrompus le jettent au trou, et on en profitera pour prendre son camion. Ca te semble un bon plan.
"

Un ancien flic devenu Rédempteur et destiné à devenir Roi de l'Humanité, en commençant par faire tomber un dealer. Une belle épopée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 35
Pièces : 1840
Date d'inscription : 09/11/2013

Feuille de personnage
Caractéristiques, classe et niveau ::
Points de Vie:
70/70  (70/70)
XP:
0/0  (0/0)
avatar

MessageSujet: Re: Le début du Pélerinage [Maël Quête Principale °3]   Jeu 30 Jan - 16:15

[Je te déteste tellement... Pauvre Tayem. C'est parce que tu détestes sa danse c'est ça ?]

C'est toujours sympa de se faire rappeler qu'on a déjà un pied dans la tombe et l'autre sur une plaque de verglas...

-Tayem ? Ouais je le connais.


Une belle ordure ce type. J'ai eu l'occasion de le croiser plusieurs fois au poste. A chaque fois que les stup's le convoque en fait. Un physique de jockey, bâti comme un coton-tige mais teigneux comme un roquet. Une jeune requin aux dents longues, suffisamment con pour s'être laissé charmer par l'argent facile mais pas assez pour toucher à la merde qu'il refourgue à tour de bras.
Un gars dangereux mais qui flâne pourtant pépère dans le quartier entre chacune de ses tournée. Il se permet même de nous saluer avec un grand sourire quand il vient aux locaux et se fait un malin plaisir d'appeler chacun des stup' par son petit nom. Pour cause, il sait parfaitement qu'on a quasiment rien contre lui et qu'il ressortira dans l'heure qui suit. Ca fait des années que les collègues essayent de le choper, mais le gus sait s'entourer. Il a crée un réseau suffisamment solide pour ne plus à avoir à se salir les mains lui même. Le fait que "Tayem" soit également le nom du conseiller général n'est certainement pas étranger à sa mystérieuse invulnérabilité...

A vivre dans les quartiers bourgeois, j'en avais presque oublié qu'il ne fait pas bon de trainer la nuit dans certaines banlieues. Eden est comme une maison retapée par une agence immobilière : Elle est lumineuse et sent bon le propre mais il suffit de foutre un coup de pied dans le placo pour entendre grouiller la vermine derrière.
Débarrasser la ville d'un de ses rats avant de foutre le camp avec son véhicule... Pourquoi pas ?

-L'ennui c'est que mes logs ont été bloqués le temps de ma suspension, je n'ai pas accès au dossier. Resterait donc plus qu'à le coincer à l'ancienne... L'un de nous se fait passer pour un junkie et on se fait gentiment conduire jusqu'à son antre ? Le truc, c'est que je n'ai pas vraiment le profil du consommateur typique -sans vouloir te vexer Jester, toi par contre tu as plutôt la gueule de l'emploi- et je crois qu'il connait ma tronche...  Enfin admettons qu'on y trouve de quoi le charger sévèrement. On démonte son équipe, on pique sa caisse et on le dépose en chronopost aux flics avant de foutre le camp, c'est ça ?

Tout cela sonne comme un scénario de film de série B... J'espère sincèrement qu'il a un autre plan. Un qui soit susceptible de marcher, de préférence. Et puis, il semble oublier un détail.
-Et qu'est ce qu'on fait pour Lisa ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Messages : 154
Pièces : 2674
Date d'inscription : 24/06/2012

Feuille de personnage
Caractéristiques, classe et niveau ::
Points de Vie:
0/0  (0/0)
XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Le début du Pélerinage [Maël Quête Principale °3]   Ven 31 Jan - 18:25

"Tu m'as pris pour un scénariste d'une des séries nulles que tu aimes tant ? On va faire ça... Royalement. Et ça t'apprendra à t'affirmer un peu, mon grand. Oh, tu vas sans doute me détester, mais il est temps que tu prennes la carrure de ce que tu es vraiment. Alors non, on ne va pas s'infiltrer en douleur, dire bonjour en se faisant passer pour des junkies en manque. On va tenter quelque chose de beaucoup plus beau. Lisa ne nous assistera pas, je l'ai chargée de contacter nos divers agents de terrain. Certains sont de fortes personnalités, mais tu les rencontreras tous tôt ou tard... Pour l'instant, concentre toi sur la mission. Je sais de source sûre qu'il est actuellement planqué dans un hangar en périphérie de la ville. Un vieux hangar désaffecté, plein de plomb et d'amiante. Malheureusement, on a pas le temps d'attendre qu'il s'intoxique tout seul comme un con pour lui piquer son camion, alors on va arriver. Je vais faire voler la porte en éclat et il devrait y'avoir, dedans, entre 15 et vingt personnes.

Bien sur, ils ne devraient pas trop poser problème, puisqu'ils seront ivres ou en train de planer, donc, même si tu devras sans doute en affronter un ou deux, je me chargerais des autres. Par contre, Tayem... Tayem est pour toi. Mais, comme tu t'en doutes, cet abruti n'est pas devenu le magnat local de la drogue simplement parce qu'il porte un très joli survêtement noir et rouge. Il sait se battre, sans doute mieux que toi, et, même s'il porte des lunettes de soleil à l'intérieur d'un bâtiment, il n'est pas aussi con qu'il en a l'air. Pas loin, certes, mais tout de même. Tout ça pour dire que tu vas devoir te battre efficacement. Ne tire pas avant d'arrive face à lui. Garde ton arme en toute discrétion, et l'effet de surprise te permettra sans doute d'avoir un avantage. Il risque d'y avoir quelques gardes en hauteur, mais l'important, c'est ton combat, je me charge du reste.
"

Ils avaient déjà fait pas mal de chemin, depuis qu'ils avaient quitté la maison d'Isabelle, au point qu'ils se trouvaient maintenant en bordure de la ville, et que Lisa était partie en plein milieu du monologue de Jester. Et, derrière une colline qu'ils contournèrent en un instant, un hangar au bord d'un fleuve se dressait, resplendissant, mélange hétéroclite de tôle, de rouille, et de crasse. On pouvait légitimement se demander ce qui le faisait tenir, mais le plus tragique était sans doute que, sans même attendre la réponse de Maël, Jester donna un grand coup de pied dans la porte, la faisant jaillir hors de ses gonds et la propulsant dans le visage d'un jeune homme a l'air féroce qui s'écroula.

Comme prévu. 17. Et Tayem, au fond, qui sourit doucement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 35
Pièces : 1840
Date d'inscription : 09/11/2013

Feuille de personnage
Caractéristiques, classe et niveau ::
Points de Vie:
70/70  (70/70)
XP:
0/0  (0/0)
avatar

MessageSujet: Re: Le début du Pélerinage [Maël Quête Principale °3]   Dim 9 Fév - 15:23

Un entrepôt désaffecté, puant la rouille et la mort. Ici et là s’entassent sous ce dôme de métal rongé un gigantesque compteur électrogène qui a connu des jours meilleurs, d’énormes machines en vrac et une vieille voiture de tramway. Une remise municipale… Ce connard a un délicieux sens de l’ironie. Au milieu de toutes ces immondices, le roi de la décharge trône tranquillement malgré notre entrée fracassante.

Fracassante, c’est le moins que l’on puisse dire. Même si nous sommes à des kilomètres de la première habitation, j’ai l’impression que la ville entière a pu entendre le bruit qu’a fait la porte en rencontrant la gueule de ce pauvre type. Il n’y a alors plus un bruit, plus geste. Seul l’écho du fracas de la porte brutalement dégondée semble encore ronfler sous les tôles. La vermine entassée là nous dévisage avec des yeux ronds comme des couvercles de poubelle, les yeux passant successivement à leur pote surement quasi-mort à notre drôle de troupe. Tous semblent reprendre conscience lorsqu’ils entendent un chien vomir. Tayem vient de se racler la gorge avant d’annoncer d’une voix claire :
« Chopez moi ça. »

Ils sont une dizaine… Une douzaine même. Peut-être plus. Et la stupeur passée, tous commencent à s’avancer, menaçants. Des ricanements se font entendre, donnant au groupe l’allure d’un troupeau d’hyènes miteuses… Bien, il a dit qu’il s’occuperait des autres pour me laisser le gros c’est ça ? Maintenant à lui de prouver que ce n’était pas que de la gueule. Si je veux garder mon arme dissimulée jusqu’au bout, il faut que je parvienne à Tayem le plus rapidement possible, sans rencontrer les autres…  Avant même que le premier d’entre eux ne soit parvenu jusqu’à nous, je m’élance sur le côté gauche du hangar, tout près de la vieille rame. Je laisse à l’arlequin le soin de se préoccuper de la masse grouillante. Longeant le hangar, coincé entre la rame et le mur d’acier, je ne risque pas de me faire submerger. Si quelqu’un vient, ce sera en un contre un que nous devrons nous affronter.

Et quand on parle du loup… J’ai à peine eu le temps de faire quelques mètres que déjà des pas de courses se font entendre derrière moi. Un de ces abrutis m’a suivi. Armé d’un cran d’arrêt, lame sortant entre le pouce et l’index, à l’horizontal. Un classique. L’idiot est agité, maladroit. Ca n’en sera que plus facile. Tandis qu’il se jette sur moi en braillant, je me place sur sa ligne d’attaque, le contraignant à un pas que son corps n’avait pas anticipé. Du bras gauche j’attrape son bras armé et le tire vers le bas, faisant fléchir ce grand con sur ses jambes cagneuses. Sa nuque est maintenant dégagée et l’instant parfait pour lui envoyer mon coude droit en plein dans les cervicales. Le type s’effondre comme une masse en poussant un gloussement presque comique. J’ai à peine le temps de reprendre ma course qu’un éclair frappe dans un fracas assourdissant la bâtisse, le bruit est tel que je songe un instant que c’est le bâtiment entier qui s’écroule. Puis un autre, et un troisième. C’est alors que je réalise qu’en fait d’orage, je ne suis tout simplement pas le seul à avoir une pétoire. Putain Jester, t’as intérêt à assurer…

Soudain un énorme bras poilu jaillit par l’une des portes brisée de la rame et m’agrippe par le col, m’entrainant à l’intérieur. Le propriétaire est plus massif que son comparse, et plus redoutable. Il passe son bras autour de mon cou et me plaque contre lui avant de serrer de toutes ses forces. L’air commence à me manquer, je suffoque, me débat, essaye de me dégager en attrapant son bras, son coude, quelque chose ! Mais la tête commence à me tourner et des étincelles lumineuses dansent bientôt dans mon champ de vision. Déjà mes forces m’abandonnent. Si la situation perdure quelques secondes de plus, ce sera rideau. Ecran noir puis générique… Pas grand monde à remercier, ce sera rapide…
Pas question. Je me redresse violemment sur les talons, me projetant en arrière de tout mon poids, droit dans sa mâchoire. Ses dents s’entrechoquent si violemment qu’il en avale certainement quelques-unes au passage. Il desserre son étreinte, juste assez pour me permettre de me dégager. Je respire avec avidité un peu d’air plus ou moins frais et me retourne aussitôt face au bucheron. Il hurle un charabia incompréhensible, la mâchoire béante… Déboitée sans doute. Un sacré morceau, je n’ai pas droit à l’erreur. Avant même qu’il n’est eu le temps de comprendre ce qu’il venait de se passer, j’attrape son crâne chauve et le projette contre la barre de fer la plus proche. Le cartilage de son nez se brise contre le métal dans un craquement dégueulasse. Ce n’est qu’une fois le colosse par terre que je m’autorise à lui faire tâter le caoutchouc ma godasse. C’est un peu mesquin je dois l’admettre, mais je dois m’assurer qu’il ne se relève pas. Il y a assez à faire avec ses potes et Tayem.
D’ailleurs, il est où ce con ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Messages : 154
Pièces : 2674
Date d'inscription : 24/06/2012

Feuille de personnage
Caractéristiques, classe et niveau ::
Points de Vie:
0/0  (0/0)
XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Le début du Pélerinage [Maël Quête Principale °3]   Dim 9 Fév - 15:49

Tayem avait fini par se relever. Après avoir regardé quelques instants Jester se battre, avec une fluidité et une perfection incroyable, en souriant, il avait tourné son regard à l'endroit où se tenait Maël un instant plus tôt. Il n'avait fallu que quelques instants à ce Condé pour se débarrasser de la Brute que Tayem gardait spécialement pour ces occasions... intéressant... Un sourire de carnassier sur le visage, le dealeur avait commencé à faire quelques pas, sortant deux couteaux de ses manches et les tenant à l'inverse du premier voyou que Maël avait tabassé. Les bras le long du corps, Tayem aurait pu sembler vraiment dangereux, s'il s'était agi d'épées et non de simples couteaux, mais il dégageait déjà une certaine puissance et, à l'autre bout de la salle, Jester se demanda un instant s'il avait bien jugé son ennemi...

Avant de lancer le couteau d'une brute qu'il venait de désarmer dans le bras d'un crétin armé d'un fusil. Ce dernier hurla, levant son bras au ciel, comme s'il espérait une guérison miracle, en lieu et place de quoi il reçut le genou de Jester dans l'entrejambe. Dans le même mouvement, l'Arlequin se retourna, attrapa les bras d'un homme qui tentait de lui donner un coup de couteau, et lui brisa la rotule d'un coup de talon. Revenant à sa première cible, encore prostrée, il ne prit qu'a peine le temps de se retourner pour abattre ses deux points joints sur la nuque du voyou. Il ne restait déjà plus que quatre personnes, à part Tayem, Jester et Maël, mais... Jester savait qu'il devait les faire durer, pour ne pas avoir à intervenir auprès de son Roi. Même si Tayem se révélait être bien plus qu'un simple dealer.

Avant même que Maël se soit retourné, après avoir fait gouter sa semelle au "bucheron", Tayem s'était faufilé derrière lui et avait donné un coup, d'une rapidité incroyable, et d'une précision tout aussi fantastique. Il avait tracé un trait sanglant dans le dos de Maël, sans autre but que lui faire mal. La blessure n'était pas profonde, mais Tayem signalait ainsi sa présence, et mettait sous tension son ennemi... Dans son regard, il était clair qu'il souhaitait s'amuser avec sa proie autant qu'il le pourrait... Et lorsque Maël tenta de frapper, le dealeur ne perdit pas de temps. Esquivant le coup tout en frappant du genou le ventre du Condé, le forçant à tomber au sol tant l'impact était fort, il traça un trait de plus, sur son bras cette fois, avant de reculer promptement.

"Maël Denwall... C'est ça ? On s'est déjà croisés, non ? Serait ce possible que tu te sois finalement décidé, comme je le pensais, à quitter les flics ? Tu te serais allié à d'autres personnes, et maintenant, tu veux rendre la justice par toi même ? Je sais pas qui est ton pote, mais vous allez tous les deux crever ici... Et, vu le temps qu'il a mis à éliminer la majorité de mes hommes et le temps qu'il met à battre les derniers, c'est évident que c'est un test qu'il te fait. Il veut que tu me vainques. Il veut que tu te réveilles, Condé, c'est ça ? Vu le regard que tu me portes, j'ai raison... Laisse moi réfléchir... Il t'a convaincu que lui et toi étiez pareil, hein ? Mais je peux faire pareil, tu sais. Tu n'es qu'un pion, il se sert de toi, et cette comédie prendra fin au moment où je planterais ce couteau dans ta gorge. Il trouvera un autre pantin, et se foutra de sa gueule comme il s'est foutu de la sienne...

J'ai du mal à concevoir le fait que tu ne le voies pas... Ou alors... attends... tu le sais, mais tu te le caches à toi même ? Tu veux... Tu veux croire que tu es un super héros ? C'est minable. Tu ne peux pas lutter contre le Système entier, Poulet, tu peux juste vivre en marge de lui... Comme je le fais... Et dans mon monde, je suis le Roi. Alors que tu n'es qu'un Pantin. Mais peut être est ce ça, la promesse qu'il t'a faite ? Il t'a promis de devenir Roi ?

Alors, comme le fut Maître Sey en son temps, je deviendrais Régicide. Aujourd'hui, et icelieu.
"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 35
Pièces : 1840
Date d'inscription : 09/11/2013

Feuille de personnage
Caractéristiques, classe et niveau ::
Points de Vie:
70/70  (70/70)
XP:
0/0  (0/0)
avatar

MessageSujet: Re: Le début du Pélerinage [Maël Quête Principale °3]   Dim 16 Fév - 20:45

Je me redresse doucement, le dos tiraillé par la grande estafilade qu’il a taillé dans mes chairs et dans mon blouson. Il le sait… Il sait que je suis flic. Il m’a reconnu. J’avais sous-estimé la mémoire de ce type et oublié la propension de ce rat à foutre son nez partout. Alors même que je ne l’ai croisé qu’une ou deux fois au détour d’un couloir sans jamais lui adresser la parole, il connait mon nom, et j’ai même la désagréable impression qu’il sait probablement aussi où j’habite…

-C’est bon Jester, plus de faux-semblant. Finis-en et assis-toi donc en attendant.


Je pose doucement la main sur mon arme. Plus besoin de jouer la comédie. S’il sait qui je suis, il sait également que tout comme tout bon condé, je ne quitte jamais mon arme de service. Un long frisson s’empare de mon bras meurtris lorsque mes doigts effleurent la crosse d’orichalque. Et si je devais m’en servir ? Je peux allumer une cible en carton à 150 mètres, mais serais-je capable de faire de même sur un vrai type juste en face de moi ? Une idée macabre me traverse fugacement l’esprit : Et pour le décompte des points, ça se passe comment ?
Et l’autre qui n’en finit plus de se parler, qui se complait dans son discours. Visiblement, il aime autant sa voix que ses lunettes. Son but est clair, s’assurer de prendre l’ascendant psychologique sur son adversaire. Pas de chance pour lui, je suis un peu plus coriace que ça. Et ses paroles, si elles me faisaient sourire au début me font au final carrément marrer.

-Bien sûr que je le sais tout ça…

Je l’avoue, j’ai failli l’ouvrir lorsqu’il a prononcé le mot de Sey. Mais me souvenant au dernier moment de la promesse faite à Lisa, je me suis ravisé. Elle aussi devra subir un interrogatoire.

-Tu es plutôt perspicace… Pas si étonnant pour un nuisible. Un collègue à la brigade –que tu dois connaitre d’ailleurs- est féru de conneries scientifiques. Il disait que si les rats avaient mesuré 10 centimètres de plus, leur intelligence leur aurait permis de dominer le monde. On dirait qu’il n’avait pas tort.


Oui c’est puéril. Mais ce type vient tout de même de faire un trou dans mon blouson favori numéro 2 et les conneries qu’il débite m’agacent. Je devrais plutôt essayer de désamorcer la situation, mais tout au fond de moi grogne une colère amère... Accumulée au fil des années contre les types de son espèce, une vague de rancœur ronge inexorablement les parois de mon crâne, grignotant ma raison à chaque nouveau ressac. Je m’efforçais jusqu’alors de la contenir ou de l’ignorer, en me disant que les tempêtes s’apaiseront avec le temps. Mais aujourd’hui, la mer est démontée, et la digue sur le point de céder.

-Tu sais mon grand, au risque de te décevoir, les choses ont changé. Navré si mes collègues t’ont fait mauvaises impression, mais désormais dans la police on n’y place plus uniquement les débiles profonds et les fils d’alcoolo. Alors j’en ai peut-être l’air, mais ne me prends pas pour plus con que je ne le suis.
Personne ne me manipule. Personne. Si je fini par te coller une balle entre les deux yeux, soit assuré que ce ne sera pas uniquement parce qu’on me l’a demandé, mais bien parce que ta foutue tronche de fouine ne me revient pas. Et parce que le monde ne se portera que mieux de la disparition d’un déchet comme toi.
Tu te prends pour un roi ? Et c’est ça ton palace ? De la ferraille rouillée et des junkies pour couvrir ton cul ? Un royaume bâti avec de la poudreuse sur les cadavres de pauvres types en perdition, de gamins ? Quelle conquête…

Le plus drôle c’est que tu oses t’estimer arrivé au sommet ainsi. Que tu prétends haut et fort vivre en marge de la société, et être devenu un souverain. Aucun animal ne s’est hissé au sommet de la chaine alimentaire en vivant sur le dos d’un autre. Ceux-là ne restent des parasites. Des pourritures qui, même si elles pompent le sang de leur hôtes en sont totalement dépendante. Si le chat crève, les tiques n’ont plus rien à bouffer…
Tu penses être à la tête d’un « royaume » en vivant en marge de la société ? La vérité, c’est que c’est elle qui t’assure ta bouffe et qui te tient par les couilles. Tu n’es qu’un roquet qui, attaché au bout de sa chaine s’imagine promener sa maitresse. Tu ne peux pas devenir roi en restant un parasite. Soit elle te bouffe soit… Tu la musèles.

Et toi Maël ? Qu’est-ce que tu ferais ?

-Allez… Si tu es sage je t’épargne la fouille corporelle. Pose gentiment tes armes et tout se passera bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Messages : 154
Pièces : 2674
Date d'inscription : 24/06/2012

Feuille de personnage
Caractéristiques, classe et niveau ::
Points de Vie:
0/0  (0/0)
XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Le début du Pélerinage [Maël Quête Principale °3]   Dim 16 Fév - 21:26

"Yep... C'est moi qui blablate. Tu sais que, de toute l'histoire, c'est sans doutes les Rats qui ont tué le plus d'homme ? Toutes les maladies, tous les Fléaux ayant frappé l'humanité, ce sont les Rats qui les ont apporté... De par ta comparaison haineuse, tu as juste sous entendu que j'étais le Destructeur de l'Humanité... Et j'assumerais ce rôle avec plaisir... Tu crois que mon Royaume s'arrête à ce hangar, à cette ville... Sans doute ne sais tu même pas qui est Sey, où à quoi je faisais référence. Tu es un misérable Humain ignorant, le produit d'une Société qui a fait de toi exactement ce qu'elle voulait. Un pseudo révolutionnaire qui s'identifie à des héros de papier. Tu es parfaitement ridicule. Et le flingue sur lequel t'as la main, t'en es tu déjà servi ?"

A peine après avoir fini sa phrase, Tayem attrapa le bras de Maël, et le força à dégainer son pistolet. De son autre main, il ressortit son couteau, et, tout en plaçant la lame sur la carotide de Maël, il fit pointer le pistolet au milieu de son propre front. Il reprit la parole, d'une voix beaucoup plus basse et sourde, assez pour que l'on puisse entendre Jester briser les deux bras de son dernier ennemi dans le même mouvement.

"Ta vie est au bout de mon bras, et la mienne au tien. Peut être qu'on mourra tous les deux ce soir ? Ce serait bête. Peu importe qui de nous deux survivra, il aura sans doute de grandes choses à faire... Je veux dire... Tu as les enfants, l'innocence, la société à sauver. J'ai des rails de coc' à prendre, d'autres a vendre a des collégiens. On peut pas tout faire, je suppose. Tu sais que... J'ai longtemps envisagé de devenir policier. Je lisais beaucoup de comics, j'aidais les vieilles personnes... J'étais sans doute un gosse modèle. Mais je m'ennuyais. J'ai fugué en Terminale, et j'ai été formé. Je ne suis pas devenu mauvais... on emprunte juste un chemin différent. Tu es Loyal au Mal pendant que je fais le Bien d'une Mauvaise façon. Mais au final... Qui de nous deux mérite le plus de mourir ?"

Le bruit d'un sourire, puis une explosion. Une gerbe de sang.

Le corps décapité de Tayem qui tombe à genoux. S'écroule sur le coté.

Et le doigt de Maël, appuyé sur la détente.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 35
Pièces : 1840
Date d'inscription : 09/11/2013

Feuille de personnage
Caractéristiques, classe et niveau ::
Points de Vie:
70/70  (70/70)
XP:
0/0  (0/0)
avatar

MessageSujet: Re: Le début du Pélerinage [Maël Quête Principale °3]   Mar 18 Fév - 14:46

[Bon j'ai fait court et c'est surement bourré de faute car rédigé dans le hall d'un bâtiment dans un foutu courant d'air, seul lieu où je peux sucer un peu de wifi. Je file donc avant de perdre mes doigts ! ]

Mon bras toujours armé retombe mollement le long de mon corps. Je peine à croire qu’il m’appartient encore. Et pourtant… Mes doigts fourmillent encore du choc de la détonation et mon index est toujours crispé nerveusement sur la détente. Tout d’abord, l’instant est figé, suspendu. Le monde est monochrome et paisible. Tout n’y ait plus que sang et rouille, ocre et silence. Puis le temps reprend son court au compte-goutte, égrène les secondes laborieusement, butant sur chacune dans une infâme cacophonie visuelle, s’appliquant avec une minutie maniaque à leur rendre leur cruauté et leur discordance originelle.

Alors le corps de Tayem heurte le sol poussiéreux avec le bruit mat d’un sac de linge sale jeté du haut d’un toit. Son couteau souillé s’échappe de ses doigts entrouverts avant de s’échouer dans la flaque de sang et de cervelle qui s’écoule du crâne de son propriétaire.

Un gouffre infernal s’ouvre sous mes pieds, sous l’impulsion d’un « pourquoi ? » dévastateur. Quelqu’un quelque part sous mon crâne balbutie de vagues réponses précipitées : Légitime défense, provocation… Des mots qui ne veulent rien dire ou presque, qui ne pèsent pas lourd face au poids de ma conscience. Rien que des objections brouillonnes qu’elle balaie sans concession avant de revenir à la charge. Elle me pousse à bout, me force à fléchir, à pencher la tête par-dessus l’abîme de ma folie. A genoux, à nu, contraint à l’humilité et à la franchise, elle se fait plus pressante et exige des réponses : Pourquoi ?

Je n’avais pas le choix.

Tu l’avais.

C’était un accident.

Non ça ne l’était pas.


J’ai appuyé sur la gâchette. Ce n’était pas un geste malheureux ou maladroit. J’ai sciemment appuyé. Nous aurions pu crever tous les deux… Ni vivant, ni mort à cet instant précis, notre sursis ne dépendait que de la volonté de l’autre. Mais à un moment donné, durant quelques instants, quelques millièmes de secondes, peut-être même juste le temps qu’il suffit à une idée malade pour traverser un esprit fatigué, j’ai estimé que ma vie valait d’avantage que la sienne. Peut-être ai-je eu le temps de songer que la survie de plusieurs individus valait bien un sacrifice de ce genre ? Que ce type, si fier de vivre sur la misère de ses congénères, méritait d’être mis hors d’état de nuire ? Que c'était un acte altruiste de mettre un terme à ses jours ? Que le fait qu’il mène les plus faibles vers le chemin de la perdition m’autorisait à l’abattre comme un chien ?
Et pourtant... Pourtant au final il n’était qu’un gamin égaré lui aussi… N’ai-je pas simplement pressé la détente dans l’unique but de sauver ma vie ?

Le problème était simpliste… Et la solution manichéenne même. Un gentil, un méchant. Les blancs, les noirs. Le méchant fait le mal, le gentil ne tue pas.

Et puis j’ai piétiné les frontières, aboli les différences. J’ai foutu un coup de pied dans l’échiquier et balayé les pièces. Ne reste sur le plateau que les cases bicolores, chacune de la même taille, au même nombre. Et un fou, noir et blanc. Échec et mat, mais pour quel roi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Messages : 154
Pièces : 2674
Date d'inscription : 24/06/2012

Feuille de personnage
Caractéristiques, classe et niveau ::
Points de Vie:
0/0  (0/0)
XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Le début du Pélerinage [Maël Quête Principale °3]   Mer 19 Fév - 17:21

Jester resta immobile quelques instants. En réalité, s'il se tenait ainsi, les bras ballants, dans le silence infiniment dense ayant succédé à l'explosion, c'est parce qu'il ne pouvait simplement pas bouger, trop absorbé par ce qu'il venait de se passer. Il avait supposé que Maël vaincrait, en relâchant un peu de la brutalité et de l'égoïsme apparent de l'humanité, mais ce qu'il venait de se passer... Si Maël avait agi de son propre chef, comme cela semblait être le cas, il faudrait apprendre, et surtout lui apprendre, à canaliser sa fureur. Tayem l'avait provoqué, et ainsi, il avait provoqué sa propre mort, avec une nonchalance incroyable, certes... Jester l'avait d'ailleurs vu, au moment précis où Maël commençait à presser la détente... Tayem avait retroussé les lèvres, comme un chien fou, en un sourire abject, un sourire... de démence pure...

Qui était réellement ce jeune homme ?

Lorsque le temps reprit son cours, sous la forme d'un courant d'air froid qui fit frissonner l'Arlequin et entama les premières notes d'une mélopée évoquant un requiem, en se frayant un chemin entre les toles, les tuyaux et les éboulis jonchant l'entrepôt, Jester commença à s'avancer, prenant garde à ne pas écraser par inadvertance, les "soldats" de Tayem, sommeillant au sol. De la main droite, il pressa doucement l'épaule gauche de Maël, tout en traçant, de son index et son majeur gauche tendus, une suite de signes ésotériques au dessus du cadavre du dealeur. Après quelques secondes, les clés du camion de ce dernier s'envolèrent de sa poche pour se retrouver dans la main de Jester, qui referma le poing avant de sortir du bâtiment en silence, après un dernier hochement de tête en direction de son Roi.

Quelques instants plus tard, assis en tailleur contre la tôle du bâtiment, l'Arlequin soupira, puis inspira à fond. Maël avait sans doute besoin d'être seul, et c'était normal. Jester n'avait jamais eu ce genre de problèmes. Sa nature profonde faisait que la vie n'était pas pour lui quelque chose de fondamentalement sacré, mais plus il cotoyait les humains, plus il lui accordait d'importance. Au point que, si quelqu'un, maintenant, menaçait Maël ou Lisa, voulait les mettait à mort... Jester n'hésiterait pas à jeter sa propre vie au feu pour les sauvais. Du moins, il le pensait... Maudissant sa propre imprévisibilité, l'Arlequin revint à des pensées plus joyeuses. Dès que Maël sortirait, ils rejoindraient Lisa. Elle saurait comprendre la douleur de Maël, et peut être...

Peut être saurait elle qui est Sey.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 35
Pièces : 1840
Date d'inscription : 09/11/2013

Feuille de personnage
Caractéristiques, classe et niveau ::
Points de Vie:
70/70  (70/70)
XP:
0/0  (0/0)
avatar

MessageSujet: Re: Le début du Pélerinage [Maël Quête Principale °3]   Sam 22 Fév - 21:00

Combien de temps suis-je resté ainsi prostré ici ? Quelques dizaines de minutes surement… « Des heures ! » rétorquent mes genoux.

Je me redresse doucement, vacille un peu et ma cervelle cogne contre les parois de mon crâne avec un bruit de vaisselle cassée. C’est le bordel là-haut. Tout a été chamboulé, plus rien ne tient debout. Les étagères vides s’entrechoquent et mes pensées n’y tiennent plus. Alors je les laisse en vrac et entame mes recherches, fébrile.
Surtout m’occuper l’esprit, m’occuper les mains… Les yeux rivés au sol, à force de rondes méthodiques je fini par tomber sur ce que je convoite et glisse la balle azurée tout au fond de ma poche.

Les empreintes balistiques des MK-25 sont fichées. Ça ne fera que retarder mon identification mais…
Mais quoi ? J’ai tué un homme et j’espère pouvoir m’en sortir ? Pas vraiment en fait… Je ne sais même plus à quoi je pense ni ce que je fais. Me voila désormais acteur d'une pièce que je connais par cœur mais à laquelle je n'avais jamais pris part. Et sous cet angle, la scène parait si différente... Si différente que je préfère en oublier mon texte.

M’éloigner de cet endroit, ne plus songer à cette masse sanglante à mes pieds dont je ne suis même pas capable d’affronter la vision. Foutre le camp vite et loin. J'affronterai mes remords tôt ou tard, mais pas pour le moment.

Je retrouve Jester au dehors, adossé tranquillement au bâtiment. Ce qu'il s'est passé plus tôt ne semble pas l'affecter plus que ça et l'absence de reproches dans le regard qu'il pose sur moi m'apaise quelque peu... Je ne pensais pas pouvoir l'admettre un jour mais je suis heureux que ce type ne soit pas humain.
Sans un mot nous contournons le bâtiment, à la recherche du véhicule. Lui et ses potes ne sont surement pas venus jusqu'ici à pied. Nous ne tardons pas à mettre la main dessus, l'engin étant seulement dissimulé derrière un entrepôt jumeau voisin à celui que nous venions de quitter. Mais dans de telles circonstances, il faut dire qu'il aurait été difficile de le rater...

Je ne m'attendais pas... Mais alors pas du tout à cela. En lieu et place d'une simple camionnette de livraison telle que je l'avais imaginé, c'est un énorme 38 tonnes qui nous attend, à la carrosserie rutilante de couleur prune et aux gigantesques cheminées chromées. Un étalon doré recouvre tout le capot tandis que sur le reste de la calandre s'étale une silhouette de loup, gueule grande ouverte aux cotés d'une femme aux cheveux argents et aux formes plutôt attrayantes, allongée lascivement.
Jester déverrouille les portières et sous nos yeux médusés le camion se transforme en sapin de noël. Quatre paires de phares s'allument tandis que la cabine et le dessous de la carlingue s'illuminent de néons violets et bleus. Si plus tôt la situation n'avait pas été aussi dramatique, j'aurais probablement éclaté de rire...

-Évidemment... Bon, tu conduis ou je m'en charge ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Messages : 154
Pièces : 2674
Date d'inscription : 24/06/2012

Feuille de personnage
Caractéristiques, classe et niveau ::
Points de Vie:
0/0  (0/0)
XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Le début du Pélerinage [Maël Quête Principale °3]   Mar 25 Fév - 19:25

"Combien de temps tu penses que je vais continuer de ressembler à un vieux condé comme toi ?"

Baissant la tête, l'Arlequin commença à secouer la tête de droite à gauche, pour que ses cheveux se désordonnent. En même temps, ils semblaient pousser rapidement, changer de couleur, créant un gradient, du gris a un violet moyen et ce phénomène ne se déroulait pas que là. La corpulence même de Jester changeait, ses vêtements se déformaient, passant d'une apparence à l'autre en quelques secondes. Lorsqu'il releva la tête, les traits de Jester étaient revenus à la normale, il était de nouveau un adolescent, mais cette fois, ses traits étaient marqués par quelques traits de maquillage renforçant ses yeux. Cependant, l'Arlequin n'en était pas moins viril, au contraire. Ce qui était plutôt compliqué, avec des yeux roses. Ses longs cheveux cascadaient dans son dos, retenus par une perle noire au niveau de sa nuque pour former une queue de cheval. Il portait un costume qui, sans être particulièrement habillé, avait un minimum de classe, et, tendant les bras sur les cotés, deux gants de cuir noir commencèrent à s'agréger, d'abord sur la pointe de ses doigts, puis progressant rapidement, semblant être composés de particules infimes arrachées au monde entier. Enfin, sa tenue achevée, il sourit à Maël avant de grimper dans le camion avec une agilité surprenante, pour un homme endimanché comme il l'était.

Sans un mot de plus, il prit la route, maniant le camion avec une aisance incroyable, et ne s'arrêta que lorsqu'il aperçut Lisa sur le bord de la route. Avec un sourire, il la laissa monter, et elle prit place entre l'homme et l'Arlequin.

"Tu n'es pas crédible un instant, en routier, Jesty."

"Je suis Chauffeur, madame, pas Routier !"

"Pas crédible non plus ! Ca va, Maël ? Tu as l'air pâle..."

"Longue Histoire. Il t'expliquera tout quand il voudra, pour l'instant, j'ai besoin de renseignements. Trouve moi toutes les traces du nom "Tayem" et renseigne toi sur les morts de tous les rois, dans toutes les singularités temporelles. Donc oui, dans toute l'histoire. Ca fait beaucoup, je sais, mais ça en vaut le coup. Avant de mourir, le routier a mentionné un certain Sey, et il faut que nous sachions qui il est exactement."

Lisa sembla avoir du mal à déglutir, quelques instants, puis opina de la tête en souriant, comme si de rien n'était. Après une pression sur l'épaule de Maël -Une habitude, apparemment, pour les fils de Tobias-, elle bascula de l'autre coté de la cabine et se coucha sur le matelas installé là, avant de mettre une oreillette et des lunettes aux verres noir, et de commencer à taper toute une série de codes sur un clavier invisible pour tous sauf elle. Quittant la route des yeux, Jester se tourna vers Maël quelques secondes, tout en quittant Eden. Un long chemin les attendaient, et Maël y perdrait bien plus que ce qu'il lui restait d'innocence.

Suite => La ville de Cristal
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Le début du Pélerinage [Maël Quête Principale °3]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le début du Pélerinage [Maël Quête Principale °3]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le guide du pèlerin de SJDC
» Un pasteur haïtien en pélerinage kidnappé en Égypte
» [entrainement] Le pélerinage du porteur d'Excalibur ; Chasse au démon au sommet du mont Yakobe
» Pélerinage
» Pélerinage particulier

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imaginary Rebirth :: Eden (XXIeme) :: Solo :: Quartiers Résidentiels-